Traductions gros (t'as vu)

Publié le par Ni Oui Nina

Pour que vous ne soyez pas trop ringards vis-à-vis des "jeunes" qui vous entourent (je mets entre guillemets parce que je ne me considère pas moi-même comme étant vieille, et pourtant j'ai parfois un peu de mal...), voici quelques expressions parfois usitées de nos jours par une catégorie d'individus qui se distingue - entre autres - par un goût vestimentaire certain, un lexique étendu (wesh), notamment en ce qui concerne la conquête du sexe opposé ("hé mamoizelle, t'es trop charmante !"), et bien souvent porteurs d'un outil destiné en premier lieu à la communication par téléphone, mais qui sert la plupart du temps de diffuseur audio de très mauvaise qualité de bruits étranges communément appelés musique, mais d'un niveau plus que douteux.
En espérant que cela vous aidera à établir et à entretenir une meilleure communication avec un congénère. Chaque expression sera suivie d'une illustration par un exemple concret, pour une compréhension optimale.

Balle (C'est de la) : Exprime l'enthousiasme, quelque chose de bien, de beau, de positif. (Cette meuf, c'est de la balle : Je ne suis pas insensible aux charmes de cette demoiselle.)
Bouffon : Qui ne s'apparente pas au clan. (Niq**-lui sa race à ce bouffon ! : Rabats-lui son caquet à cet individu qui ne s'apparente pas à notre milieu !)

Carotte : Du verbe carotter (extorquer, voler), mais dans une forme invariable. (Il m'a carotte un zedou de teuchi, l'bâtard, tu vas voir comment je vais le niq*** grave : Le scélérat m'a dérobé douze grammes de cannabis, il va s'en mordre les doigts.)
Chelou : Bizarre, inhabituel. Par extension, qui ne s'apparente pas au clan. (La prof d'Anglais elle a des veuch tout chelous : Ce n'est pas tous les jours que lon voit une coupe de cheveux aussi inhabituelle et cocasse que celle de la professeure d'Anglais, qui par extention - et pas des cheveux... - ne s'apparente pas à notre milieu.)
Comment : Exprime l'intensité. (Comment je lui ai niq** sa race à ce bouffon ! : Je sors indéniablment vainqueur du combat qui m'a opposé à cet individu qui ne s'apparente pas à notre style de vie, ceci dit en toute modestie, s'entend, et avec la sportivité qu s'impose en de pareilles circonstances.)
Foncedé : Se dit d'une personne qui vient de consommer du cannabis (ou autre substance illicite du genre). (Je suis foncedé : Mon regard est vitreux, je perds mes mots, un mince filet de bave s'écoule sur mon menton et je rigole comme un décérébré, sans aucune raison. J'ai payé assez cher pour me mettre dans cet état. Bref : je viens de consommer du cannabis (ou autre substance illicite du genre...).)
Gun : arme à feu. (Zyva prête-moi ton gun, l'aut' bâtard y m'a manqué de respect : Pourrais-tu s'il te plaît me prêter ton arme à feu, afin que je règle son compte à l'importun qui n'a été qu'à moitié urbain à mon égard.)
Kiff(er) : apprécier. (Comment je kiffe trop son c** : Le sien postérieur n'est pas sans éveiller chez moi des pulsions bien naturelles, qui me mettent dans une humeur joviale, pour ne pas oser dire gauloise.)
Mortel : Bien, beau, dont on peut se réjouir. (Elles sont trop mortelles tes Nike : Vos chaussures s'entendraient fort bien avec mes pieds, aussi vous demanderai-je de m'en faire l'offrande sans opposer de résistance.)
Mytho : Mensonge. Dérivé de mythomane (menteur). (On me fait pas des mythos à moi, bouffon ! : Je ne suis pas le genre de crédule à qui vous ferez gober vos sornettes, individu qui n'appartient pas à notre milieu !)
Race (sa) : Exprime le mécontentement. (Sa race ! : Je suis d'une humeur maussade. ou encore Sa race, c' bouffon ! : Mon anneau pylorique est complètement fermé. C'est le résultat de la proximité de cet individu.)
Sérieux : Indique que le propos est grave, solennel, et qu'il faut donc lui accorder le plus grand crédit. (Sérieux, j' kiffe trop son c** à votre fille : Monsieur, j'ai l'honneur de vous demander la main de votre fille.)
Tèj : Jeter, refuser, réfuter, envoyer promener. (T'aurais vu comment J. il a tèj la prof d'Anglais ! : Le facétieux J. ne s'est pas laissé démonter face aux réprimandes de la professeure d'Anglais !)
Trop : Exprime l'intensité. En cela, synonyme de comment. Trop et comment peuvent éventuellement cohabiter dans la même phrase, pour exprimer une intensité très élevée. (Trop la honte, ce blouson : Ce blouson est ridicule, et dans des proportions considérables. ou encore Trop comment je suis foncedé ! : J'ai fumé une quantité déraisonnable de cannabis. Je crains que mon acuité intellectuelle n'en pâtisse pour la paire d'heures à venir.)
Truc-de-ouf : Désigne une chose peu commune, qui dépasse l'entendement. (C'est un truc de ouf ! : Mon Dieu, mon entendement est tout dépassé !)

Bien évidemment, tout ceci est à prendre au second degré. Non mais je préfère préciser hein, pour les rabat-joies éventuels... (Méfiez-vous, il y en a partout, ils sont parfois dissimulés parmi nous.)
Cette liste n'est bien évidemment pas exhaustive. Libre à vous de la compléter en ajoutant vos traductions personnelles, pour encore et toujours faciliter la communication, promouvoir la paix dans le monde, etc. etc.

 



Source : contact perso + perso

Publié dans Humour

Commenter cet article

Anne 16/03/2012 11:37


"Trop la honte, ce blouson"


moi j'aurais mis tehon à la place de

biokou 24/09/2009 18:24


Mortel ton article, trop top et mortel


Folcan 18/09/2009 16:22

Le journalisme (même amateur) n'encourage t-il pas à toujours citer ces sources ?Parce que source : perso + perso, la non non et non.C'est copié, recopié !!Le site d'origine ne semble plus etre en ligne (ndlr : http://www.infotechart.com/content/view/898/53/)Mais il existe beaucoup de copie de ce texte sur le net. Tous sans sources bien évidemment, tous s'appropriant le fruit d'autrui.Voila, c'etait mon coup de gueule de la journée :)

Ni Oui Nina 18/09/2009 17:23


Cher Folcan (et j'utilise ton pseudo uniquement pour conserver ton anonymat jeune homme ^^),

J'ai reçu ce texte il y a déjà pas mal d'années par mail ; je l'avais alors recopié soigneusement et gardé dans un coin parce qu'il m'avait fait rire.
Le souci, c'est que je n'ai plus ce mail, et je ne me souviens même pas de l'expéditeur... D'où le "contact perso" seulement, mais je suis toujours partante pour révéler mes sources, comme tu
pourras le constater sur le reste du blog. Je n'aime pas le plagiat, de toute façon.

Et pour la partie "perso", il s'agit de mon intro et de ma conclusion. Ceci dit, à aucun moment je prétends que le texte est de moi.
Et s'il a pu faire sourire, j'ai atteint un des objectifs que je me fixe sur ce blog.


lilith 17/09/2009 00:58

M-D-R!!!